Boutique Photo Argentique

Comment trouver son moi argentique.... [Reboot du 25/12/15]

Forum de discussions générales sur la photographie. Vous êtes débutant en photo argentique? C'est probablement là que vous poserez vos questions!

Comment trouver son moi argentique.... [Reboot du 25/12/15]

Message par slowhand » Mercredi 30 Juillet 2014 5:59

Bonjour Ă  tous.

Après quelques mois d errements argentiques ou le seul acte du déclenchement me faisait triper, j'attaque plus sérieusement mes débuts. Par, développement, tirages... beaucoup trop de variables à gérer simultanément. Je cherche à avoir un rendu assez sombre, granuleux un peu à la sluban dont l'exposition à Châlons m'a franchement embarqué dans lunivers argentique.

Du coup, je pense procéder par étape comme suit:
1. Pdv
2. Dev
3.tirage

Pour l instant je vais me focaliser sur le choix du film et de l exposition. J avais en tête de bouffer du film comme suit avec rouleaux. Je suis en 120 et je tiens à y rester pour cette incomparable sensation au déclenchement du blad :) même si du 135 aurait été plus adéquat pour le grain , de ce que j'ai compris ailleurs sur le forum.

Hp5 pushed 800 : Ă  chaque cadrage, 1 vue expo normale, 1 vue sous exp de 2
Hp5 pushed 800 :Ă  chaque cadrage, 1 expo normale, 1 sous exp de 4
Hp5 pushed 1600 :Ă  chaque cadrage, 1 normale , 1 sous exp de 2
Hp5 pushed 1600: etc...1 normale, 1 sous exp de 4
Et mĂŞme approche avec triX

Je compte tout développer dans les mêmes conditions pour avoir une base de comparaison !: ilfosol avec agitation de 20 sec toutes les minutes.

Une fois le film et le mode d expo choisi je passerai au développement rodinal, etc cc

Pensez vous que je suis bien parti pour me perdre ? Y a t il des combo Ă  Ă©viter?
Ayant un accès restreint à un labo pour faire mes dev je dois malheureusement chercher un peu d efficacité. ?.

Merci d avance pour vos réponses.
Messieurs dames les modes, désolé si je ne suis pas au bon endroit
Ă€ +
S.
Dernière édition par slowhand le Vendredi 25 Décembre 2015 7:23, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
slowhand
Intéressé
Intéressé
 
Message(s) : 72
Inscription : Dimanche 23 Mars 2014 17:25
Localisation : Lyon

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par slowhand » Mercredi 30 Juillet 2014 6:09

J'ai oublié de préciser que j ai fait des tests de delta 3200 normal et pull en a 1600 mais pas satisfaisant. Pull =grisatre, normale = pas si granuleux
Avatar de l’utilisateur
slowhand
Intéressé
Intéressé
 
Message(s) : 72
Inscription : Dimanche 23 Mars 2014 17:25
Localisation : Lyon

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 6:30

slowhand a écrit :J'ai oublié de préciser que j ai fait des tests de delta 3200 normal et pull en a 1600 mais pas satisfaisant. Pull =grisatre, normale = pas si granuleux


Les essais avec le Delta 3200 ont été scannés ou tirés ? et quel révélateur ?
Une grande parti du rendu est donné par le post traitement comme on dit maintenant :roll:
Que cela soit par soft (c'est plus simple) que par tirage (apprentissage très long, et couteux)
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par slowhand » Mercredi 30 Juillet 2014 6:36

Au vu du scan, avec aucun réglage particulier. J ai conscience qu une grosse partie se joue au tirage, mais la aussi je veux apprendre. Pour l'instant je fais des tirages basiques de lecture sans forcément faire de masquage
Avatar de l’utilisateur
slowhand
Intéressé
Intéressé
 
Message(s) : 72
Inscription : Dimanche 23 Mars 2014 17:25
Localisation : Lyon

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 6:43

Sur un film sensible comme la Delta 3200, les zones sombres peuvent paraitre moles si le tirage n'est pas fait avec un filtre de contraste dur (3 ou plus) et cette mollesse peut être aussi accentuée, en fonction de l'agrandisseur notamment, en fonction du type d'éclairage (diffu ou semi-dirigé) et de la qualité de l'objectif.

Au scanner c'est encore plus variable, il y a pas mal de réglage et l'aspect du grain est différent que sur un tirage argentique
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 6:59

demande à habib quelle est sa méthode, il est sur ce forum 8)
https://www.flickr.com/photos/46020281/
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par panda589 » Mercredi 30 Juillet 2014 7:42

Perso je fais partie de la génération qui n'a connu au début que les films à grains classiques: FP4, HP5, AgfaPan, TriX, PlusX...
Pour comparer au dessin au crayon, ces films se comportaient comme si on disposait de toutes les mines, des plus 'grasses' aux plus 'sèches':
4B, 3B, 2B, B, HB, H, 2H, 3H, 4H.
Bien entendu tout cela en tenant compte du type de révélateur et des différentes concentrations qui pouvaient influencer le résultat final :idea:
Quand les films à grains 'T', tubulaires ou cylindriques (Delta, Tmax, Acros...) sont apparus, j'ai eu l'impression qu'on m'avait privé d'une partie des crayons 'gras' et qu'on m'avait donné plus de crayons à mine 'sèche':
2B, B, HB, H, 3H, 4H, 5H, 6H.
Ces nouveaux films sont différents, ils ont un autre 'caractère', d'autres nuances :idea: :wink:
Avatar de l’utilisateur
panda589
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 3214
Inscription : Vendredi 18 Août 2006 21:40
Localisation : de l'Italie qui descendrait l'Escaut

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par slowhand » Mercredi 30 Juillet 2014 9:22

Oriu a écrit :Sur un film sensible comme la Delta 3200, les zones sombres peuvent paraitre moles si le tirage n'est pas fait avec un filtre de contraste dur (3 ou plus) et cette mollesse peut être aussi accentuée, en fonction de l'agrandisseur notamment, en fonction du type d'éclairage (diffu ou semi-dirigé) et de la qualité de l'objectif.

Au scanner c'est encore plus variable, il y a pas mal de réglage et l'aspect du grain est différent que sur un tirage argentique

Hé hé! J'ai un penchant naturel vers le grade ou 3.5. Ça se confirme donc. Pour les agrandisseur du club je regarderai à la rentrée. Donc ne pas juger sur scan mais faire qu même un 1er tirage de lecture? Nickel, merci du conseil Oriu
Avatar de l’utilisateur
slowhand
Intéressé
Intéressé
 
Message(s) : 72
Inscription : Dimanche 23 Mars 2014 17:25
Localisation : Lyon

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 9:30

Pour un maximum de restitution du grain, Il faut préférer un agrandisseur à condenseur, un objectif propre et de qualité (5 ou 6 lentilles) et fermer un peu mais pas trop le diaphragme de l'objectif de l'agrandisseur. Si l'objectif est un 5,6/80, ne pas aller à plus de f11.
Plus on tire à garde élevé plus le grain sera apparent et les noirs bouchés
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par slowhand » Mercredi 30 Juillet 2014 9:30

panda589 a écrit :Perso je fais partie de la génération qui n'a connu au début que les films à grains classiques: FP4, HP5, AgfaPan, TriX, PlusX...
Pour comparer au dessin au crayon, ces films se comportaient comme si on disposait de toutes les mines, des plus 'grasses' aux plus 'sèches':
4B, 3B, 2B, B, HB, H, 2H, 3H, 4H.
Bien entendu tout cela en tenant compte du type de révélateur et des différentes concentrations qui pouvaient influencer le résultat final :idea:
Quand les films à grains 'T', tubulaires ou cylindriques (Delta, Tmax, Acros...) sont apparus, j'ai eu l'impression qu'on m'avait privé d'une partie des crayons 'gras' et qu'on m'avait donné plus de crayons à mine 'sèche':
2B, B, HB, H, 3H, 4H, 5H, 6H.
Ces nouveaux films sont différents, ils ont un autre 'caractère', d'autres nuances :idea: :wink:

Merci Panda. J en conclue que naturellement je suis allé à juste titre vers triX et hp5. Ce dans je fais un peu de photo d archi et tmax 100 et delta 100 sont mes préférées. Bon je crois que je commence à savoir dans quelle direction aller mais surtout comment.
Je rentre d une sortie de test triX à 800 et à 1600 avec un ciel gris. Attendre donc la rentrée il va me falloir. ?. Sniff
A+
S
Avatar de l’utilisateur
slowhand
Intéressé
Intéressé
 
Message(s) : 72
Inscription : Dimanche 23 Mars 2014 17:25
Localisation : Lyon

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Gobs » Mercredi 30 Juillet 2014 10:00

Salut slowhand

Quand tu dis "sombre", c'est des blancs un peu gris (clair) et des noirs un peu bouchés; ou bien veux-tu dire "contrasté", c'est-à-dire des blancs... bien blancs et des noirs denses mais pas bouchés?

Pour du grain, je pense qu'il vaut mieux oublier les Delta, Tmax et autres grains modernes. HP5 et TriX, OK...

Je ne suis pas expert, mais:
Le grain vient lors du traitement du film (type/marque de révélateur, temps, agitation, etc).
Le côté "sombre" ou "contrasté" ça se joue essentiellement au tirage. Même avec un film normalement exposée, on peut faire "sombre" ou "contrasté" à la demande, sans souci.
On peut faire du bracketing à la PdV, voir ce qu'on préfère, mais communément on fait quand même gaffe de ne pas bouffer les hautes lumières ou boucher les basses sur le film une fois développé... Perso, je pense que c'est plus facile de faire une expo "correcte/normale" à la PdV, puis déterminer ce qu'on préfère au labo: traitement + tirage...

Le scan, j'ai pas, donc je connais pas...
:hello:
Gobs
 

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 10:22

Le grain vient d'abord du film, ensuite le révélateur va plus ou moins le mettre en évidence.
Suivant la chimie le grain apparait net ou fondu, mais on constate ça seulement à fort grandissement à x10 et au dessus, avec le 6x6 le grain est forcément moins apparent.
Pour avoir l'aspect d'un 24x30cm provenant d'un 24x36, il faut faire un 60x60 cm en 6x6, et je ne parle pas des formats plus grand.

Pour la chimie, le révélateur qui met le grain le mieux en évidence c'est le Rodinal, plus que le D76, ou l'XTOL et encore plus que pour les révélateur dit pour grain fin.
On peut aussi utiliser le révélateur PQ qui donnera du grain et du contraste.

Mais il vaut mieux un négatif standard, et ajuster au tirage. Un négatif encaisse des contrastes de luminosité énorme, par contre le papier ne pourra pas restituer ce contraste, c'est pour ça qu'un négatif ne reproduit pas la dynamique du sujet photographié, sauf effet désiré.
Un négatif qui a la même dynamique que le sujet a un gamma de 1, un traitement standart est autour de 0,6
http://trichromie.free.fr/trichromie/im ... es-103.jpg
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par philbed » Mercredi 30 Juillet 2014 12:09

A mon avis, vous perdez votre temps.
D'abord, vous choisissez si vous désirez un grain apparent ou normal. Rodinal dans le premier cas, LC29 dans le second (our rester dans les révélateurs liquide). Oublier l'Ilfosol !
Le film influe aussi sur le grain et le contraste. L'HP5 vous donnera plus de contraste que le Tri X Ă  grain Ă©gal.
Sinon vous pouvez essayer le procédé de Ralph Gibson surexposer un tri X de 2 diafs (100 ISO) et la sur développer dans du Rodinal avec un temps de base supérieur de 50% au temps préconisé. Cela vous donnera du détail dans les ombres et un beau grain.
Ensuite considérez l'argentique comme une métaphore de la musique. A la prise de vue (j'inclus choix du film, cliché et développement), on compose. Au tirage, on interprète.
philbed
Expert
Expert
 
Message(s) : 310
Inscription : Lundi 28 Octobre 2013 11:00

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 12:39

philbed a écrit :Ensuite considérez l'argentique comme une métaphore de la musique. A la prise de vue (j'inclus choix du film, cliché et développement), on compose. Au tirage, on interprète.


Très bonne métaphore :wink:
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Gobs » Mercredi 30 Juillet 2014 13:16

philbed a écrit :Ensuite considérez l'argentique comme une métaphore de la musique. A la prise de vue (j'inclus choix du film, cliché et développement), on compose. Au tirage, on interprète.


Joliiiiiiiiiiii :bienjoue:

Ah, c'est sûr, l'Ilfosol :roll: j'connais :mrgreen:

:hello:

Hop !, j’édite à propos de l’Ilfosol 3, ma remarque (humoristique?) pouvant porter à confusion ou à dénigrement, ce que je ne voudrais pas.
Je l’utilise couramment et pour ce que je fais il m’irait très bien actuellement s’il était moins sujet au vieillissement rapide (et donc aux aléas qui s’ensuivent) dans la région tropicale où je vis.
L’Ilfosol 3, à mon avis, est un bon révélo standard de chez standard et bon à faire du standard. Facilité d’usage, pas cher et tout-à-fait correct si (et seulement si, je pense) on développe en respectant les directives standards, aux températurex standards : grain normal, densité normale, pour un film normal, exposé normalement (ouf !). Par contre, il n’est pas prévu pour « pousser » ou « ralentir» les films ou tout autre classique « tripatouillage » technique de film. Dans ce cas, faire un autre choix de révélo.
Perso, j’ai des résultats qui me conviennent parfaitement avec l’Ilfosol 3… quand il est frais ouvert. Pour l’instant je n’ai pas encore eu le besoin de pousser ou ralentir un film. Si c’était le cas, je n’utiliserais pas l’Ilfosol 3…

Désolé d’être un peu long…
Et ceci n'engage que moi, bien entendu :wink:
Gobs
 

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Mathieu M » Mercredi 30 Juillet 2014 17:51

Oriu a Ă©crit :
philbed a écrit :Ensuite considérez l'argentique comme une métaphore de la musique. A la prise de vue (j'inclus choix du film, cliché et développement), on compose. Au tirage, on interprète.


Très bonne métaphore :wink:


Personnellement Je vois ça plus comme la production d'un morceau, de la prise de son au mixage final.
Avatar de l’utilisateur
Mathieu M
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 3794
Inscription : Vendredi 28 Septembre 2007 11:05
Localisation : Québec (ex parisien)

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Oriu » Mercredi 30 Juillet 2014 18:00

j'aime bien la métaphore de philbed car il y a autant de tirage possible que de tireur.
La revue réponse photo avait publié 2 ou 3 tirages d'un même négatif réalisés par plusieurs tireurs pro, chacun interprétait le film différemment.
Une même partition, mais une musique interprétée avec des nuances différentes :wink:
Avatar de l’utilisateur
Oriu
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 23167
Inscription : Lundi 21 Avril 2008 17:37
Localisation : 37 mais 2A par le coeur

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par janot » Mercredi 30 Juillet 2014 21:19

Toutafé !
Avatar de l’utilisateur
janot
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 2266
Inscription : Mardi 13 Mars 2007 19:37
Localisation : avant l'Alsace, maintenant Marseille...Allez l'OM ;o)

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par slowhand » Jeudi 31 Juillet 2014 6:54

gobs a Ă©crit :
Quand tu dis "sombre", c'est des blancs un peu gris (clair) et des noirs un peu bouchés; ou bien veux-tu dire "contrasté", c'est-à-dire des blancs... bien blancs et des noirs denses mais pas bouchés?


en fait, Sluban, et surement son tireur ont la magie de transformer la neige blanche en neige charbonneuse. voici un exemple :

http://lh5.ggpht.com/_Ml2Ko9dar3g/S3zvv ... imgmax=800

Je sais que beaucoup est fait dans l'interpretation au tirage (belle metaphore au passage :) ) mais j'imagine qu'il faut un minimum de matiere Ă  interpreter !

gobs a Ă©crit :Pour du grain, je pense qu'il vaut mieux oublier les Delta, Tmax et autres grains modernes. HP5 et TriX, OK...

Ok, ca se confirme donc !

gobs a Ă©crit :Je ne suis pas expert, mais:

il y a toujours plus expert que soi..

gobs a écrit :Hop !, j’édite à propos de l’Ilfosol 3, ma remarque (humoristique?) pouvant porter à confusion ou à dénigrement, ce que je ne voudrais pas.
Je l’utilise couramment et pour ce que je fais il m’irait très bien actuellement s’il était moins sujet au vieillissement rapide (et donc aux aléas qui s’ensuivent) dans la région tropicale où je vis.
L’Ilfosol 3, à mon avis, est un bon révélo standard de chez standard et bon à faire du standard. Facilité d’usage, pas cher et tout-à-fait correct si (et seulement si, je pense) on développe en respectant les directives standards, aux températurex standards : grain normal, densité normale, pour un film normal, exposé normalement (ouf !). Par contre, il n’est pas prévu pour « pousser » ou « ralentir» les films ou tout autre classique « tripatouillage » technique de film. Dans ce cas, faire un autre choix de révélo.
Perso, j’ai des résultats qui me conviennent parfaitement avec l’Ilfosol 3… quand il est frais ouvert. Pour l’instant je n’ai pas encore eu le besoin de pousser ou ralentir un film. Si c’était le cas, je n’utiliserais pas l’Ilfosol 3…

Désolé d’être un peu long…
Et ceci n'engage que moi, bien entendu

En fait, je tourne a l'ilfosol car au club, les 2 ou 3 argenteux n'utilisent que cela, donc au debut cela m'aidait pour les 1ers films, mais j'ai bien conscience qu'a chaque fois que je fais des recherches ou lis des fils sur le forum, je tombe assez souvent sur le rodinal !

Oriu a Ă©crit :
Le grain vient d'abord du film, ensuite le révélateur va plus ou moins le mettre en évidence.
Suivant la chimie le grain apparait net ou fondu, mais on constate ça seulement à fort grandissement à x10 et au dessus, avec le 6x6 le grain est forcément moins apparent.
Pour avoir l'aspect d'un 24x30cm provenant d'un 24x36, il faut faire un 60x60 cm en 6x6, et je ne parle pas des formats plus grand.


C'est ce que j'avais compris a la lecture de certains fils. Effectivement peut etre que je mettrai a contribution le vieux Mamiya DSX500 qu'on vient de me retrouver dans un grenier...

Oriu a écrit :Pour la chimie, le révélateur qui met le grain le mieux en évidence c'est le Rodinal, plus que le D76, ou l'XTOL et encore plus que pour les révélateur dit pour grain fin.
On peut aussi utiliser le révélateur PQ qui donnera du grain et du contraste.

ah ! je croyais que le PQ etait uniquement un revelateur film.

Oriu a écrit :Mais il vaut mieux un négatif standard, et ajuster au tirage. Un négatif encaisse des contrastes de luminosité énorme, par contre le papier ne pourra pas restituer ce contraste, c'est pour ça qu'un négatif ne reproduit pas la dynamique du sujet photographié, sauf effet désiré.
Un négatif qui a la même dynamique que le sujet a un gamma de 1, un traitement standart est autour de 0,6
http://trichromie.free.fr/trichromie/im ... es-103.jpg

message recu, je vais reduire mes cas de tests pour me focaliser un peu plus rapidement sur Dev et tirage !


philbed a Ă©crit :A mon avis, vous perdez votre temps.
D'abord, vous choisissez si vous désirez un grain apparent ou normal. Rodinal dans le premier cas, LC29 dans le second (our rester dans les révélateurs liquide). Oublier l'Ilfosol !
Le film influe aussi sur le grain et le contraste. L'HP5 vous donnera plus de contraste que le Tri X Ă  grain Ă©gal.
Sinon vous pouvez essayer le procédé de Ralph Gibson surexposer un tri X de 2 diafs (100 ISO) et la sur développer dans du Rodinal avec un temps de base supérieur de 50% au temps préconisé. Cela vous donnera du détail dans les ombres et un beau grain.
Ensuite considérez l'argentique comme une métaphore de la musique. A la prise de vue (j'inclus choix du film, cliché et développement), on compose. Au tirage, on interprète.


donc effectivement , belle métaphore :)
sur le proceder de Ralph Gibson, 50% superieur au temps de base pour un dev classique a 400 Iso , c'est bien cela? cela me parait effectivement une bonne approche, car lorsque je regarde le travail de certains photographes qui m'attirent, je pense effectivement qu'ils sont plus a 1/15s qu a 1/200 et du coup, avec des 400 poussées a 1600 faut vraiment qu'il fasse nuit!

en tout cas, merci a vous tous pour vos precieux conseils pour le petit debutant que je suis.
Avatar de l’utilisateur
slowhand
Intéressé
Intéressé
 
Message(s) : 72
Inscription : Dimanche 23 Mars 2014 17:25
Localisation : Lyon

Re: Comment trouver son moi argentique....

Message par Habib » Jeudi 31 Juillet 2014 10:17

pas grand chose de plus Ă  dire que phil

de mon cote je suis tres satifait de mon couple HP5/LC29 1+19, je surdeveloppe et expose a 200/400

pour le 1600 je suis plus adepte du couple TriX/D76 stock bien que LC29 avec HP5 m'a donné un resultat interessant


cela dit l'étape cruciale est celle du tirage, avec le choix du révélateur et du papier
virage selon le gout
Avatar de l’utilisateur
Habib
Super Gourou
Super Gourou
 
Message(s) : 8910
Inscription : Vendredi 03 Juillet 2009 12:34
Localisation : Cahors

Suivant

Retour vers Technique photo argentique

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)

  • PublicitĂ©
Le site des restos du coeur