Leica IIIc

Le Leica IIIc, un télémétrique de légende

J'ai toujours rêvé d'avoir un Leica. Depuis longtemps mon choix s'était porté sur le Leica IIIc car je souhaitais un appareil à monture à vis et le flash ne m'intéressait nullement.

Jusque là, les appareils que j'avais pu toucher ou contempler étaient soit trop chers, soit trop abîmés (mais toujours vendus comme des objets de très grande valeur!). Alors l'occasion d'en acquérir un dans de bonnes conditions s'est une nouvelle fois présentée sur eBay et je ne le regrette pas. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais à chaque fois que je reçois un nouvel appareil j'ai une petite poussée d'adrénaline. Est-ce que l'appareil est abîmé? Est-il conforme à la description faite par le vendeur? Comme presque toutes les fois, je n'ai pas été déçu. Cet exemplaire est magnifique.

Leica à l'origine du télémétrique 35 mm

leica IIIc avec objectif Steinheil de 85 mm et viseur universel Steinheil

Le Leica IIIc a été fabriqué de 1940 à 1951. D'après les spécialistes, il existe deux modèles distincts. Les appareils fabriqués après la guerre dont les numéros de série sont supérieurs à 400000 et les Leica IIIc fabriqués pendant la guerre. Les appareils d'après guerre se reconnaissent facilement par l'absence de bouton sur le levier de correction dioptrique et la disparition de l'embase surélevée du levier de rembobinage. Les appareils fabriqués pendant la guerre sont de moins bonne qualité principalement en raison du chrome utilisé.

Le Leica IIIc est un appareil photo compact assez silencieux, à obturateur à rideaux, offrant des possibilités de vitesses de 1 à 1/1000 sec. Deux barillets permettent de préselectionner la vitesse. Le barillet du dessus pour les vitesses rapides de 1/30 à 1/1000 sec. ainsi que la pose B, et celui situé à l'avant de l'appareil pour les vitesses lentes de 1/30 à 1 sec. ainsi que la pose T. La visée s'opère grâce aux oculaires rapprochés de visée et de réglage de télémètre. L'avancement du film et l'armement de l'obturateur s'effectuent simultanément grâce à une molette crantée.

Un petit levier de réglage dioptrique de la visée télémétrique est situé sous la molette crantée de rembobinage.

Amorce du film

L'appareil ne possède pas de dos amovible. C'est très intéressant pour l'étanchéité à la lumière mais peu pratique pour la mise en place du film. L'amorce du film peut être réalisée avec des ciseaux ou à l'aide d'un gabarit Leica Ablon.

Objectifs

Le Leica IIIc accepte tous objectifs à vis Leica et autres compatibles M39 (voir photo ci-contre du Leica IIIc avec un objectif Steinheil de 85 mm et un viseur universel Steinheil permettant les visées 35, 85 et 135 mm avec correction de la parallaxe).

Conclusion

Le Leica IIIc fut le premier modèle à bénéficier d'un corps en métal coulé sous pression, lui conférant une bien meilleure rigidité que ses prédécesseurs. Cette caractéristique et son nouvel obturateur (1-1/1000 sec.) en font un des modèles préférés des collectionneurs et utilisateurs de Leica à monture à vis M39.

 
leica IIIc (vue de face)leica IIIc (vue de dos)leica IIIc (vue de dessus)
 

Les impressions de TheMaxou

J'apprécie particulièrement mon Leica IIIc pour plusieurs raisons :

Tout d'abord, les points forts d'un télémétrique sont là et bien là : Déclenchement sans trou noir (que l'on retrouve sur les Reflex) et qui permet de ne jamais perdre de vue son sujet, MAP rapide et aisée, possibilité de photographier à basse vitesse... Les mécanismes propres aux télémétriques sont ici magnifiés...

D'un point de vue mécanique, le IIIc est un appareil d'orfèvre. C'est un ressenti très particulier. Vous avez entre les mains un appareil extrêmement bien construit à base de matériaux nobles : Pas de plastique, du laiton, du bronze et de l'acier, de la vulcanite... La construction est excellente, toutes les fonctions sont agréables et aisées à utiliser. Il n'y a aucun jeu ni aucune faiblesse dans les mécanismes.

leica-IIIc-detail-1 (9K)

C'est un appareil léger, très léger. Le boîtier ne pèse que 430 grammes et 550 avec l'Elmar ou 640 grammes avec le Summitar vissé dessus, en comparaison à un EOS 50 qui approche les 900 grammes avec un 50mm. C'est un élément primordial à mon goût. Lors de mes voyages, j'ai apprécié de voyager léger, de ne pas avoir les épaules endolories par le poids de mon appareil. Jamais, je n'ai hésité à emporter mon appareil lors de randonnée. J'ai également apprécié de pouvoir partir avec trois autres focales complémentaires sans surcharger mon sac à dos.

Le IIIc est un appareil discret. La taille du IIIc est surprenante. Plus petit qu'un Reflex, plus petit qu'un M, le IIIc s'avère particulièrement discret dans toutes les situations. L'appareil n'est plus une barrière entre votre sujet et vous. Il n'est pas non plus un « monstre » qui agresse votre sujet comme peuvent l'être certains appareils ! De plus, si le bruit au déclenchement n'est pas celui d'un M, il reste tout à fait acceptable et permet de faire quelques photos lors de spectacles sans être menacé de lynchage par vos voisins.

C'est un appareil qui vous donne accès à une gamme optique extraordinaire malgré un range relativement restreint (généralement 35 à 135mm). Néanmoins, avec un 35mm, un 50mm et un 90mm, vous pouvez couvrir 99% de vos besoins photographiques sauf dans les cas de pratiques spécialisées (photographie animalière entre autre). Le gamme des objectifs vissant Leica est exceptionnelle : Au moins sept 50mm aux caractères trempés et sensiblement différents, quatre 35mm et plusieurs types de 90 et 135mm vous permettent de jouer des partitions variées... Avec cette gamme optique, vous pouvez jouer dans la nuance, la subtilité et choisir toute une « palette de couleurs » et d'expression. De plus, il est inconcevable de ne pas souligner la qualité de ces optiques, qualité qui a toujours été un domaine dans lequel les ingénieurs Leica excellent en utilisant des techniques de pointe et en effectuant un contrôle qualité impitoyable.

A cela s'ajoute de très nombreux accessoires offrant un confort non négligeable : Viseur SBLOO (35mm), SBOOI (50mm), SGOOD (85mm), SGVOO (90mm) et SHOOC (135mm), OKARO et ORAKO pour améliorer le contraste du télémètre, bague pour réduire distance de mise au point, chambre visoflex, pare-soleil, filtres...

Mais la plus grande qualité de cet appareil est sa philosophie : Cet appareil a révolutionné ma façon de photographier ! J'ai en effet changé du tout au tout lorsque j'ai adopté cet appareil. Mes premiers films étaient ratés : Trop loin et trop en retrait, mes photographies manquaient de force et d'intérêt. J'ai alors discuté avec quelques Leicaïstes. Leitz a conçu ses appareils pour être au coeur de l'action, pour être près des gens et au coeur de la vie, comme l'ont vécu et pratiqué les grands leicaÏstes : Aleksander Rodchenko, André Kertész, Walker Evans, Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, Robert Frank, William Klein, Garry Winogrand, Lee Friedlander et Sebastião Salgado. Ces réflexions m'ont obligé à évoluer : Fini les photographies volées ou gentiment dérobées, je me suis approché de mon sujet, je me suis adapté et j'ai cherché à créer le lien magique qui donne tant d'âme à une photographie. J'ai remisé ma timidité naturelle au placard (quoique qu'elle revient souvent au galop) et j'ai donc dû faire un pas vers les gens, offrir un échange, discuter et regarder avant tout. La philosophie du Leica réside à mon avis en cela : La photographie est un échange basée sur les rencontres, sur un regard. Le Leica IIIc m'apprend à créer des liens, à offrir plus qu'à prendre ! Cette philosophie est la force du Leica.

Néanmoins, cet appareil a quelques inconvénients dont je m'accommode mais qui existe bel et bien : La base télémétrique est relativement petite : L'emploie des longues focales ou des grandes ouvertures n'est pas sans risque. Le côté tout manuel peut vous freiner lorsque vous devez être rapide (sélecteur de vitesses à soulever pour sélectionner sa vitesse par exemple). Le prix de certains accessoires, comme les rapid-winder SCNOO ou SYOOM aux alentours de 400/600 Euro, les moteurs MOOLY ou encore certains viseurs (il n'est pas rare de trouver le SBLOO aux alentours de 220 Euro) s'avère souvent prohibitif !

Dans l'ensemble, j'ai la chance de faire parti du club des « happy few », un peu maso, qui utilise au quotidien avec un grand plaisir et une satisfaction non dissimulée, un appareil ancien. Ce beau IIIc m'a permis de me dégager de l'appréhension des réglages, de les oublier, ceux-ci étant effectués la plupart du temps auparavant, pour me concentrer uniquement sur l'aspect composition de ma photographie. Il m'a permis de rencontrer des gens, de capter leurs sourires...

C'est un appareil au confort sommaire, dépouillé de toute technologie et de commodité et qui ravira ceux qui fuient les optiques modernes et qui, à l'opposé des rendus ultra-piqués et ultra-contrastés offerts par les objectifs modernes, chercheront un peu de douceur, un beaucoup de poésie. C'est un appareil qui vous offrira des photographies pleines de charmes, de velouté et de subtilités ! Les Summar, Elmar et autres Hektor vous surprendront par leurs nuances, leurs gammes de gris, la beauté de leur bokeh, lorsque vous baignerez dans la lumière rouge de votre laboratoire...


Sujets récents du forum Leica III ...

VDS ensemble Leica III f "red dial".
Petites transactions entre participants
Dernier message par Eusaebius - 29/11/15 à 17:36
Le prix d'un Leica III
Bétisier eBay, insolite, plagiat et autre information à partager
Dernier message par Planar - 06/03/15 à 22:21
Leica III f
Conseils d'achat et de vente
Dernier message par greg974 - 25/04/11 à 23:10
Leica III ou Canon III?
Appareils photo télémétrique
Dernier message par Ti Clic - 14/02/11 à 17:52
Derniers messages du forum Leica III...

Une question sur les Leica ?
--> Forum Leica et clones de Leica


Avantages
  • La superbe construction.
  • La correction dioptrique.
  • La compacité de l'appareil.
  • La possibilité d'employer des objectifs de grande qualité en monture M39.
Inconvénients
  • Le difficile chargement de la pellicule.
  • Les 2 oculaires séparés de visée et de réglage de télémètre.
  • L'absence de mesure d'exposition intégrée.
Liens
  • Le site officiel Leica.

Les autres Leica III

Leica III

Leica III 3

Fabriqué de 1933 à 1939, le Leica III fut le premier modèle à avoir une molette pour les vitesses basses, deux oeillets pour courroie, et un réglage dioptrique pour l'ajustement du télémètre.

Bien que depuis le Leica II de 1932, les appareils photo étaient équipés d'un télémètre et d'un objectif interchangeable, l'ajout des vitesses basses était très attendu des utilisateurs.

Leica IIIa

Leica IIIa 3a

Succédant en 1935 au Leica III dont il reprenait l'essentiel des caractéristiques avec en plus le 1/1000 de sec., la production du Leica IIIa cessa en 1950.


Leica IIIb

Leica IIIb 3b

Produit de 1938 à 1946, le Leica IIIb répara un manque apparu avec le Leica IIa. En effet, le Leica IIIb fut premier modèle à avoir des oculaires de visée et de télémètre rapprochés.

Le réglage dioptrique fut déplacé sous le bouton de rembobinage. De cette façon, le risque d'un déréglage non voulu fut éliminé.

Leica IIId

Leica IIId 3d

Le Leica IIId est un modèle très rare et similaire au Leica IIIc avec addition d'un levier pour le retardateur.



Leica IIIf

Leica IIIf 3f

En 1950, Leitz introduit le Leica IIIf, modèle qui allait devenir le best seller de la production des Leica à objectif à vis. C'était essentiellement un Leica IIIc avec ajout de la synchronisation du flash. Il fut décliné en versions "Black-dial", "Red-dial" et "Red-dial Self timer".

Leica IIIg

Leica IIIg 3g

Le sommet et la fin des Leica à monture M39. Fabriqué de 1957 à 1960. Le Leica IIIg est essentiellement un Leica IIIf doté d'un viseur amélioré avec correction de la parallaxe.

Translation in English Übersetzung in Deutsch
Traductions Google


Valid XHTML 1.0!

Valid CSS!

Annuaire DMOZ