Tirage des photos


Produits photo argentique
Boutique photo argentique

Forum photo argentique
Forum photo argentique

Annuaire photo
Annuaire photo

Galerie photo
Galerie photo

Tirage des photos
(La photographie sans se ruiner)

Papiers photo noir et blanc

Papiers noir et blanc et chimie photo
dans la boutique photo argentique.

Cliquer sur l'image !

Chimie photo

Le matériel nécessaire au développement photo

  • Trois bassines de traitement des papiers photo. L'idéal est d'acheter des bassines photo de la taille nécessaire pour votre plus grand format papier photo, dans la même marque pour pouvoir les encastrer (idéal pour le rangement). Trois bassines pour format 18x24 devraient faire l'affaire, nous verrons plus tard pourquoi. Elle seront de trois couleurs différentes, c'est primordial.
  • Deux pinces à papier. Ce sont des pinces longues, qui vous permettront de récupérer les papiers photos sans tremper les doigts dans le produit. Tout le monde vous dira qu'il en faut trois. Vous verrez plus loin pourquoi il n'en faut que deux. Il n'y a pas de petites économies ! Une des deux pinces sera entourée sur une de ses branches d'un bout d'adhésif de la même couleur que le bac révélateur, pour ne jamais les mélanger. Ces pinces auront obligatoirement des embouts caoutchouc, afin d'éviter de rayer les tirages.
  • Une raclette caoutchouc pour nettoyer les fenêtres.
  • Des pinces à linge en bois (c'est plus joli), et de la corde tendue le plus près possible de votre espace de travail, mais dans un endroit propre et hors poussière (hors de portée du chat aussi...). Par exemple, trois cordes tendues le long du mur avec de simples gonds, dans la salle de bain (voir dessin plus haut).

Les produits chimiques

  • Le révélateur papier photo.
  • Le vinaigre d'alcool, incolore, à 2°, comme expliqué auparavant.
  • Le fixateur, qui pourra être le même que le fixateur pellicule, et testé suivant la méthode déjà décrite.

Les produits sont souvent vendus sous forme concentrée, moins sensible à l'oxydation. Il suffit de suivre les recommandations des fabricants.

Pour un bac 18x24, l'emploi d'une solution finale de révélateur de ½ litre est suffisant pour tremper toute la feuille, et la faible quantité fabriquée, disposée dans un flacon de contenance adaptée, limitera les risques d'oxydation. Au pire, si vous tardez trop entre deux utilisations, et que votre révélateur photo ne donne plus satisfaction (rendu grisâtre, perte de contraste et augmentation du temps de révélation), la perte n'est pas trop importante.

Par contre, le fixateur peut être préparé au litre.

La préparation

Posez vos plaques d'aggloméré sur la baignoire, en ménageant un espace suffisant côté robinet, sous lequel vous placerez une bassine. Emplissez d'eau fraîche à 20°C. Ce sera le bain de rinçage. Placez vos bouteilles de préparation dans le bain pendant quelques minutes, afin de les amener à une température identique.

bains (14K)

Posez pendant ce temps de gauche à droite le bac révélateur, le bac d'arrêt, le bac fixateur, et si vous en avez une, la minuterie, derrière le bac révélateur. Posez devant le bac révélateur la pince repérée, et devant le bac fixateur l'autre pince. Vous avez ainsi, en séquence de droite à gauche ou de gauche à droite suivant votre organisation: révélateur, arrêt, fixateur, et enfin l'accès à la baignoire pour le rinçage final.

Le traitement du papier photo


Sujets récents du forum tirage photo ...

Passage au tirage : Rien n'oublier !
Labo photo argentique Noir et Blanc
Dernier message par Oriu - 20/02/17 à 18:23
tirage panoramique xpan
Labo photo argentique Noir et Blanc
Dernier message par milpin - 15/02/17 à 18:39
Problème tirage et zone sombre
Labo photo argentique Noir et Blanc
Dernier message par Trufino - 13/02/17 à 19:54
Tirage lith
Labo photo argentique Noir et Blanc
Dernier message par kisskool74 - 01/02/17 à 07:42
Derniers messages du forum tirage photo...

Dans le principe, une fois votre papier photo exposé, il suffit de le tremper dans le révélateur (sous lumière rouge, évidemment) pendant le temps indiqué par le fabriquant. C'est là que le chrono est utile. Pendant ce temps, admirez la magie de l'instant... l'image monte progressivement, et apparaît sous vos yeux. Soulevez régulièrement et délicatement un bord du bac, pour faire de petites vagues sans bulles qui permettront au produit de bien se répartir. Utilisez aussi la pince au besoin pour bien pousser le papier sous la surface du produit.

Pour les images un peu difficiles, comme celles sous-exposées, poussez le développement de la feuille au double temps, vous améliorerez sensiblement le contraste.

Une fois le temps écoulé, sortez la feuille en la pinçant par un coin, et laissez là égoutter au dessus du bac, tout le liquide coulant en diagonale par le coin opposé.

Lâchez la feuille dans le bac suivant, contenant l'eau vinaigrée pendant quelques secondes, pour stopper l'action révélatrice. Ne trempez surtout pas la première pince dans le deuxième bac! Attrapez la feuille avec la deuxième pince. Egouttez toujours de la même manière, puis lâchez la feuille dans le bac de fixateur.

Toujours avec la seconde pince, poussez bien la feuille sous la surface, et faites des vaguelettes comme pour le révélateur. A partir de là, vous pouvez rallumer la lumière blanche (votre boîte de papier est-elle bien fermée?), et observer le résultat. Le temps de trempage dans le fixateur devrait être d'environ 5 minutes.

Vous pouvez alors sortir et égoutter votre épreuve. Jetez la dans l'eau du bain, et brassez un peu pour bien ôter les résidus de produits. Laissez tremper 5 à 10 minutes, puis égouttez à nouveau. Plaquez votre photo sur le carrelage du mur, elle devrait y adhérer fortement avec l'humidité. Tenez-la par un coin, et raclez l'eau sur la surface en deux ou trois passes maximum. Pincez-la sur le fil par un coin, et laissez-la sécher une heure ou deux.

Les temps de fixage et rinçage final sont des temps morts. En terme d'organisation voici comment procéder:

  • Premier tirage jusqu'au fixateur, allumez, contrôlez le résultat pour décider d'éventuelles corrections, éteignez et passez au second tirage.
  • Pendant que le second tirage se développe, sortez le premier du fixateur, plongez-le dans le rinçage, puis passez au fixage du second.
  • Allumez, contrôlez et prenez une décision. Eteignez et passez au troisième tirage.
  • Pendant que trempe le troisième dans le bain de développement, sortez le premier du rinçage, essorez-le et mettez-le au séchage, sortez le deuxième du fixateur et mettez-le au rinçage, passez au fixage du troisième.

Ca paraît un peu affolant lu comme ça, mais une fois le rythme pris, la séance s'enchaîne avec facilité et sans temps mort excessif. Le chrono n'est ainsi absolument nécessaire que pendant la phase de développement du tirage.

Formats de papier photo

Le 18x24 est recommandé, dans le cadre d'une démarche ultra-économe car les bassines pour le traitement de ce format restent peu chères et peu encombrantes, et la quantité de produit nécessaire au traitement sera moins importante, immobilisant moins de stocks, et permettant moins de gâchis en cas d'oxydation.

Enfin, pour l'achat modique d'un petit massicot de bureau (une réglette avec un curseur coupant, en discount bureautique), vous pouvez très aisément faire depuis le 18x24, du 12x18, du 9x12, du 6x9, du 12x12 et du 18x18 sans la moindre perte. Tous formats qui auront leur utilité si vous suivez les conseils.

Qui plus est, dans ce format, en agrandissant plein cadre une 24x36, vous êtes déjà environ en facteur 6 à 7. Si vous recadrez et gardez uniquement une partie d'image, vous arriverez très vite en facteur 10. Il est communément admis qu'au delà de ce rapport, la qualité se dégrade rapidement, même en admettant que le négatif de départ soit de très bonne qualité. Vous risqueriez donc de fortes déconvenues, à moins de chercher expressément un effet de grain.

Avec le 18x24, (ou 18x18 format carré) vous pouvez exposer dans votre chambre ou votre salon sans être obligé de prendre trois pas de recul pour apprécier la photo. C'est même un bon format pour prendre la photo en main et la regarder à longueur de bras. Le rapport est plus intime, plus humain.

Le 12x18 (ou 12x12 format carré) vous sera peut-être utile pour faire des "grands-petits" agrandissements, pour faire un petit cadeau, ou bien des montages pour un thème.

Le 9x12 tient très bien dans un portefeuille, pour des photos souvenir, des photos intimes. Il peut aussi servir de marque page ou pour faire des petits montages à thème, ou encore d'invitations d'anniversaire pour les enfants, en écrivant tout simplement au dos de la photo.

Le 6x9 est un très mignon petit format, pour faire des cartes de visite, des petites photos à l'ancienne, par tirage contact d'un négatif 6x9.

Tirage contact du film négatif

Récupérez la vitre que nous avons préparée quelques chapitres auparavant.

Le tirage d'une planche contact est d'une simplicité enfantine. En lumière rouge, placez sur une planche une feuille de papier photo, face sensible vers le haut. Puis positionnez les négatifs côté émulsion vers le papier (on dit qu'on travaille "émulsion contre émulsion"). D'une manière générale, le négatif est plus mat côté émulsion que sur sa dorsale. Les négatifs doivent donc légèrement briller une fois positionnés sur la feuille de papier.

Placez délicatement dessus la vitre, qui viendra appuyer les négatifs sur la feuille. Le contact doit se faire sur toute la surface de manière bien régulière.

L'exposition la plus artisanale, mais tout à fait efficace, consiste à positionner une lampe de bureau. Faites plusieurs essais, en variant le nombre de secondes d'allumage de la lampe et la hauteur de celle-ci à la verticale du papier, et notez bien tous ces paramètres, ils vous éviteront de tâtonner lors de la prochaine planche-contact.

L'exposition la plus confortable se fait avec l'agrandisseur. En filtre rouge, cadrez le rectangle lumineux à peine plus grand que le papier à exposer, ainsi la quantité de lumière sera constante pour le même format de planche. Il est alors beaucoup plus aisé de varier uniquement le diaphragme et le temps d'exposition, sans plus toucher à la hauteur de lampe.

Accessoirement, si la densité de votre négatif est à peu près régulière, notez bien les données d'exposition (f/stop de diaphragme et temps) de votre planche contact. Ces informations seront de précieux éléments pour démarrer une séance d'agrandissements en ayant déjà une idée assez précise de la densité du négatif.

Sous l'agrandisseur photo

Ici, on aborde le vrai travail de tirage. C'est aussi le moment le plus compliqué, et le plus onéreux.

Difficile de conseiller l'achat d'un agrandisseur plutôt qu'un autre. En fait, le choix du matériel doit se faire en fonction de ce que l'on souhaite faire. Ne pas trop investir sous prétexte de ce que l'on voudrait peut-être faire un jour. Plutôt se fixer des objectifs clairs dès le départ (c'est le cas de le dire!) et se concentrer sur la qualité des objectifs de l'agrandisseur photo.

L'agrandisseur en lui-même n'est qu'une boîte à lumière plus ou moins bourrée de gadgets. Vous avez tout intérêt à vous faire une "check-list" des points sur lesquels vous voulez travailler, afin de les séparer de ce qui vous paraît secondaire:

  • Le format des films que vous souhaitez tirer. En occasion, surtout sur des modèles anciens, il sera difficile de trouver à posteriori les passes-vues que l'on aura pas acquis en même temps, à moins d'un modèle permettant des bricolages maison.
  • La hauteur de colonne, qui signe le maximum d'agrandissement possible, et l'éventualité de pouvoir retourner la colonne pour projeter au sol, pour des agrandissements géants.
  • La bascule de la tête lumineuse et de la platine d'objectif, afin d'envisager de légers rattrapages de fuyantes.
  • La boîte à filtre ou la tête multigrade, qui permettent l'une comme l'autre de doser le grade d'exposition en modifiant la longueur d'onde de l'éclairage.
  • La précision de la came de mise au point.
  • L'éclairage. Ampoule standard ou lampe halogène 12 Volts (pas le même prix à remplacer!).
  • La direction de l'éclairage. Concentré par une série de lentilles, c'est un condensateur.

Voyons en détail ces points techniques

  • Le format. Choisissez un agrandisseur qui accepte tous les formats jusqu'au 6x9.
  • La hauteur de colonne. A vous de voir. Mais pour aller jusqu'à du 18x24, si l'on reste dans la logique, point n'est besoin d'aller très haut.
  • La bascule. En principe sert peu, mais c'est une technique amusante et qui permet des rattrapages assez magiques. Ca vaut le coup de pouvoir le faire.
  • La boîte à filtre. Ca paraît indispensable. On trouve rarement, mais ça existe, des porte filtres à insérer sous l'objectif. Ca paraît peu pratique, mais si vous optez par exemple pour un agrandisseur photo de voyage comme les russes en ont le secret, il semble que certains modèles n'ont pas de tiroir à filtre.
  • La came de mise au point. Si vous pouvez manipuler l'objet avant achat, assurez vous qu'elle est précise et souple.
  • L'éclairage par ampoule standard est évidemment moins coûteux lorsqu'il s'agit de remplacer l'ampoule. Les condensateurs possèdent le désavantage de nécessiter un changement de lentille en cas de changement de format (la couverture lumineuse n'est pas la même entre un 24x36 et un 6x9), sauf les Besseler, où l'on fait la mise au point du condensateur. Le must, mais cela se paye au prix fort.

Comptez que pour chaque format différent, il vous faudra l'objectif correspondant. En effet, suivant que vous agrandissez du 24x36 ou du 6x9, la diagonale de l'image n'est pas la même. Il vous faut un objectif s'approchant dont le tirage optique s'approche de cette diagonale.

Agrandir du 6x6 avec un objectif 50mm introduira du vignettage. Pour le 6x9, il vous manquera même un bout d'image. Là aussi, donc, il convient de partir avec une idée précise du type de pellicule que l'on souhaite agrandir.

Conseil d'achat

Un Krokus 3 permet de faire tous les formats jusqu'au 6x9. Cet appareil possède l'ensemble des caractéristiques que nous avons détaillées: passe-vue modulable, colonne haute et inversible, bascule, boîte à filtre, came relativement précise si elle est bien entretenue, éclairage standard, et condensateur à 2 ou 3 lentilles suivant le format voulu.

Comparé à des agrandisseurs plus modernes, un certain nombre d'éléments le rendent attractif.

  • C'est un appareil rustique, donc robuste.
  • De par sa rusticité et son design ancien, il est peu apprécié donc peu cher.
  • Il se trouve couramment.
  • Il est d'origine monté pour accueillir des objectifs à monture à vis de 42mm, mais une simple bague lui permet d'accéder aux meilleurs objectifs existant en 39 mm.

La qualité des objectifs

La qualité de l'objectif d'agrandisseur photo est plus importante que l'objectif de prise de vue! La mauvaise qualité engendre des défauts tels que vignettage flou, déformations, vignettage lumineux...

Prenez plusieurs avis (tous les goûts sont dans la nature !), et si possible testez l'objectif avant de l'achetez, ou au moins testez l'équivalent avant un achat internet.

A tirage de même format, pensez qu'un 6x6 ou 6x9 sera beaucoup moins agrandi et tous les défauts sont beaucoup moins évidents!

Le choix d'un très bon 50mm pour le 24x36 est de ce fait beaucoup plus "urgent" que pour les autres formats. Par contre oubliez l'idée, qui peut paraître logique au départ, d'utiliser des objectifs de prise de vue pour l'agrandisseur. Les formules optiques sont différentes, ne serait-ce qu'au niveau du tirage (backfocus). Les meilleures performances sont celles des objectifs spécifiques, et ça ne vaut pas le coup de s'en priver vu les prix d'occasion.

Par contre, une piste intéressante pour commencer sans grosse dépense. La focale adaptée pour un format, peut raisonnablement servir pour le format immédiatement inférieur sans gros soucis de qualité (à moins d'un objectif de très mauvaise qualité!).

Il est donc envisageable d'aller du 18x24 au 6x9 avec seulement un bon 50 mm et un bon 105 mm. Le 50 fera le 24x36 et en-dessous, et le 105 fera tous les moyens formats. Dans ce cas, il faut juste s'assurer qu'il y a assez de hauteur sous plafond, et de hauteur de colonne, car le même agrandissement demandera de monter plus la tête avec un 105 qu'avec un 75.

Les puristes s'offusqueront, mais si ça permet à quelqu'un de se faire la main, plutôt que de ne rien faire en attendant d'avoir les moyens de tout acheter...

Si vous faites du moyen-format avec un agrandisseur photo à condensateurs, vous risquez d'être confronté à un problème de bonne répartition de la lumière. Le problème se résout en achetant un gros globe lumineux plutôt qu'une simple ampoule.

Quelques gadgets pour se simplifier la vie

Pour l'utilisation régulière d'un agrandisseur, il y a quelques objets intéressants à posséder. Voici la liste des "quasi indispensables", à quoi il servent, et... comment s'en passer!

Le compte-pose

Retardateur branché sur l'alimentation de la lampe. Il permet, d'un simple geste, de positionner le nombre de secondes d'exposition d'une manière sûre et reproductible.

La loupe de mise au point

Sorte de petit "microscope". On place le miroir sous la projection du négatif, et celui-ci apparaît grossi entre 4 et 20 fois suivant les modèles.

Le margeur

Permet de maintenir à plat la feuille de papier photo, et éventuellement de créer des marges. Le moins utile, et aussi le plus cher des gadgets, comme d'habitude!

Le métronome

Réglé sur 60 il compte les secondes, sur 120 les demi secondes. Cela permet de contrôler parfaitement les temps de masquage.

Comment s'en passer...

Le compte-pose

Pas facile de s'en passer quand on y a pris goût. Deux pistes pour limiter le coût... Compter les secondes avec le métronome (se faire un interrupteur à pied dans ce cas, ce sera plus facile pour démarrer et arrêter la lumière). Ou alors en trouver un qui ne soit pas un Viponel, très apprécié mais totalement hors de prix pour ce que c'est! Pour les bricoleurs avertis, il existe des kits peu onéreux en magasin d'électronique.

La loupe

Bien pratique pour vérifier le meilleur point de netteté. Là aussi, plutôt qu'un Scoponet très cher, allez vers d'autres marques plus abordables, un grossissement 20 fois permet de faire la mise au point sur le grain sur un négatif 24x36, est-ce bien utile? De toute façon, en format 120, même à 20 fois, pour trouver le grain, levez-vous de bonne heure!

Le margeur

Totalement inutile sur des petites formats en RC, mais il semblerait que le baryté soit plus retord! Un truc qui marche bien pour assurer la planéité du RC: un coup de langue derrière comme si c'était un timbre (géant). L'humidité plaquera le papier sur le support de l'agrandisseur, et vous pourrez utiliser toute la surface du papier.

Le métronome

On peut compter les éléphants, mais c'est moins précis (1 éléphant, 2 éléphants, 3 éléphants...). Le métronome peut servir à la place du compte pose, si on a la patience de compter parfois jusqu'à 30 ou 40 secondes. D'un autre côté, en faisant plusieurs tranches d'exposition, en calculant les temps de masquage de manière additionnelle, on peut utiliser le compte pose à la place du métronome...

A propos des masquages

On peut calculer les masquages par addition ou soustraction. Prendre l'habitude de calculer plusieurs petites tranches d'exposition additives donne la liberté de varier le contraste suivant le masquage, sur chaque tranche d'exposition.

Un mot sur la bascule

bascule (13K)

On rattrape les lignes fuyantes, en levant le plan du papier du même côté que la fuite.

Pour obtenir une image nette et non déformée, il faut que (de bas en haut) le plan du papier, le plan de l'objectif, et le plan du film se recoupent (loi de Scheimpflug). Ca paraît difficile, mais ça se fait très bien au jugé, en observant le résultat sur le plan du papier, par touches successives.

Il convient de fermer le diaphragme autant que possible pour améliorer la netteté, et de tenir compte du fait que la répartition lumineuse est asymétrique: plus forte en haut qu'en bas. On masquera en conséquence.

Relire... La réalisation du labo photo

Article réalisé d'après une contribution de Fabrice C.


Un conseil sur le tirage des photos?
--> Labo photo

Translation in English Übersetzung in Deutsch
Traductions Google


Valid XHTML 1.0!

Valid CSS!

Annuaire DMOZ