Ultra Accéléré


Produits photo argentique
Boutique photo argentique

Forum photo argentique
Forum photo argentique

Annuaire photo
Annuaire photo

Galerie photo
Galerie photo

Ultra Accéléré

Il existe deux domaines d'applications de la photographie et du cinéma (argentiques et numériques), qui ouvrent sur des univers passionnants: l'ultra accéléré et l'ultra ralenti.

L'ultra accéléré.

Il permet de considérablement raccourcir le temps réel de déroulement d'un phénomène dont la lenteur normale est parfois telle qu'il est insensible à nos sens. Parmi les phénomènes de longueur croissante, l'on peut évoquer le passage et l'évolution des nuages dans le ciel, la divagation des escargots, la succession des marées, le déplacement d'un glacier, la pousse des végétaux... Tout le monde a, au moins une fois, vu un de ces petits films documentaires où une fleur croît et s'épanouit en quelques secondes à peine, alors qu'en réalité il lui faut des heures pour en arriver au même stade.

Reproduire l'effet de ces documents (à la fois scientifiques et esthétiques) est extrêmement facile, et ne demande pas obligatoirement l'acquisition de matériels spéciaux et chers. Pour commencer, l'on peut se contenter d'un simple appareil numérique hybride (photo/vidéo), comme il commence à en exister, pourvu qu'il soit équipé d'une fonction dite "intervallomètre". Cette option permet de prendre automatiquement des vues, à intervalles réguliers. Les modèles les plus simples ne disposent que d'un, ou de quelques réglages du délai entre deux vues successives (mais c'est déjà suffisant pour commencer), tandis que d'autres appareils sont beaucoup plus paramétrables. Il ne reste qu'à installer cet appareil devant une scène à évolution lente: ciel nuageux, fleur à son ouverture, etc., le programmer en mode automatique et activer l'intervallomètre. Après plusieurs heures, l'on récupère la séquence faite d'images accumulées, et on les fait défiler en mode vidéo, pour pouvoir bénéficier, condensé et accéléré sur quelques secondes, du spectacle choisi.

Si l'on a un caméscope numérique (voire analogique) il peut aussi être pourvu d'un intervallomètre, le plus souvent avec une seule possibilité de cadençage. Cette fois, ce n'est pas une image qui est prise à chaque activation, mais une très brève séquence de quelques trames en continu, avant de stopper jusqu'au déclenchement suivant, etc. Cette fois encore, une fois le processus arrêté, on visionne alors la bande (en continu et à vitesse de défilement normale) pour retrouver l'effet d'ultra accéléré.

Si l'on a la chance de détenir (ou d'acquérir) certaines anciennes caméras argentiques, par exemple parmi les modèles de marque Nizo, l'on dispose d'un fantastique outil de prise de vue en ultra accéléré, car l'on peut alors travailler en vrai vue par vue, dans une très large plage de réglage. Pour peu que la commande de vue par vue soit électrique, et avec l'ajout d'un intervallomètre externe (un circuit électronique très facile à réaliser), tout (ou presque) devient possible, même une cadence de prise de vue aussi basse qu'une seule image par jour, ou moins encore.

Si le sujet est en extérieur et doit être filmé sur plus que quelques heures d'affilé, ou bien s'il est en intérieur, il faut prévoir un système d'éclairage couplé avec l'appareil, selon la logique suivante: allumage de l'éclairage (juste avant l'enregistrement de l'image ou de la séquence), prise de la ou des vues, arrêt de l'éclairage (jusqu'à la fois suivante).

Jusqu'où peut-on aller, dans cette technique?

Il n'est pas facile de donner une limite réelle. Imaginons un dispositif qui filmerait un sous-bois pendant toute une année, à raison d'une ou de quelques images par jour. Finalement, on verrait la neige fondre, la végétation sortir du sol, s'épanouir, mûrir, se faner et disparaître, en quelques dizaines de secondes. Encore plus difficile, mais techniquement encore envisageable: un être humain est photographié quelques fois par an, tout au long de sa vie, toujours au même endroit et dans la même pose. Le visionnage ultérieur de la séquence complète permettrait de le voir grandir, se transformer, décliner, depuis la petite enfance jusqu'à la plus extrême vieillesse. Toujours plus difficile et actuellement impossible: filmer un paysage avec une cadence d'une image par siècle, et voir ainsi changer l'aspect géologique même du lieu, sur quelques millénaires ou plus...

Article réalisé d'après une contribution d'hyperfocale.


Un conseil sur l'ultra accéléré?
--> Technique photographique

Translation in English Übersetzung in Deutsch
Traductions Google


Valid XHTML 1.0!

Valid CSS!

Annuaire DMOZ